Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le par CNIP63

       En ces jours de manifestations policières , à l'heure où le ministre de l'intérieur fait les gros yeux aux policiers, pendant que le Président de la République, bizarrement,  les assure de son soutien, il nous est apparu, au CNIP63 , important de faire le point sur la situation des gardiens de l'ordre.

Vilipendés, agressés sans pouvoir se défendre, privés de moyens, surchargés de travail et soumis à un danger omniprésent, nos policiers ont le sentiment d'être les dindons de la farce, ceux sur qui ont peut tirer, au sens propre comme au figuré, sans vergogne et sans risques.

Manque de moyens ? Manque d'effectifs ? un peu tout cela certainement et surtout un  manque de considération de la part de leur hiérarchie qui semble s'être de plus en plus éloignée de la base, à commencer par leur ministre de tutelle .

Les gouvernants actuels ont beau jeu de se défausser sur Nicolas Sarkozy, l'accusant, lui et les gouvernants précédents d'avoir réduits les effectifs et les moyens à la portion congrue, cela reste à prouver ...

En nous rapprochant de sources autorisées nous avons tenté d'établir un état des lieux exhaustif qui permettra de comprendre ce malaise policier , ses causes et les pistes pour en sortir

Tout d'abord restituons la vérité sur les réelles suppressions de postes de policiers lors du mandat de Nicolas Sarkozy/

Effectifs de police entre 2002 et 2010 : - 6042 postes qui s'expliquent par deux plans

  a)Plan de redéploiement Jospin 1998 POLICE/GENDARMERIE suite rapport Carraz MRC & HYEST UDF

      Ce plan imposait la fermeture de tout commissariat de Police dans une circonscription dont la population était inférieure à 20 000 habitants http://www.liberation.fr/societe/1998/09/15/police-gendarmerie-la-carte-qui-fait-peur-le-gouvernement-prepare-un-redeploiement-des-forces_245851

      La fermeture de 102 commissariats fut actée et 38 villes dont les gendarmes assuraient la sécurité furent confiés à la Police Nationale. Ainsi pour notre département du Puy de Dôme, les Commissariats de Thiers et d'Issoire furent définitivement fermées et Cournon et Gerzat furent étatisées zone Police.
        Depuis 1998 jusqu'à aujourd'hui de nombreuses fermetures sur notre territoire sont donc intervenues. Les effectifs visés ont pu prétendre, pour certains, à un départ anticipé en retraite et pour d'autres à des mutations au choix.

         Ainsi des effectifs policiers ont baissé non pas dans des zones sensibles renforcées par ailleurs par la venue de policiers mutés mais par des départs en retraite massifs car la Police Nationale faut le savoir  connait un « papy boom »   suite aux recrutements massifs de la fin des années 60 et mi 1970 et avec les fermetures des petits commissariats s'est accentué, sans pour autant impacter nous le rappelons les grandes villes.
          Nicolas Sarkozy comme ses prédécesseurs et ses successeurs ont appliqué ce plan de redéploiement Police Gendarmerie Mr CAZENEUVE poursuit lui aussi cette tâche http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2016/01/28/Police-gendarmerie-redeploiement-reussi-2606263 Romorantin en 2014 en est le parfait exemple.

            La Police Nationale a évolué mais face à un laxisme judiciaire prononcé depuis la nomination de Mme TAUBIRA, le sentiment d'impunité des voyous s'est amplifié à un tel point que les faits graves à l'encontre des policiers deviennent quotidiens sans y relier les graves menaces et actes terroristes que notre pays traversent.
             Les nombreuses directives ou lois prises sous le quinquennat SARKOZY notamment celles concernant les violences urbaines avec les lois sur les occupations d'entrée immeubles,verbalisation du représentant légal d'un mineur suite au non respect d'une mesure de couvre feu et bien d'autres furent censurées par la Gauche http://www.net-iris.fr/veille-juridique/dossier/22348/la-loi-loppsi-ii-pour-renforcer-la-securite-interieure.php le bon sens une nouvelle fois neutralisé par une idéologie appartenant au monde des bisounours celui choisi par la gauche et ses sattelites .

          b) LA RGPP
           Lancée en Juin 2007 à l'instar d'autres pays cette loi de révision des dépenses publiques a plusieurs buts https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9vision_g%C3%A9n%C3%A9rale_des_politiques_publiques indispensables afin de freiner les déficits publiques, ce qu'aucun des présidents précédent n'avait essayé. Nicolas sarkozy a adopté le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux y compris dans la Police Nationale, ce qui, en même temps, traversait le plan précédent initié par le PS.

            Précisons que Jean-Marc Ayrault a poursuivi ce processus en lui donnant comme titre actuel Modernisation action publique (MAP) en décembre 2012, mais avec les mêmes principes et buts que précédemment .
            Il faut aussi mentionner que la menace terroriste n'était en aucun point similaire à celle d'aujourd'hui et que la délinquance était en forte baisse lors du quinquennat 2007-2012.

              Donc avec les deux plans précités la baisse des effectifs de police ne fut que de 6042 postes.

Nous connaissons depuis 2012 et la mise en place de la politique judiciaire de Mme Taubira une explosion de la délinquance des mineurs car l'ancienne Garde des sceaux n'a jamais voulu prendre des décisions fortes à l'encontre de cette délinquance particulière qui est, il faut bien le dire, totalement impunie et les peines planchers instaurées par Nicolas Sarkozy et annulées par François Hollande dès son arrivée n'ont fait qu'amplifier cette impunité.
                  Si nous résumons, Sarkozy n'est pas le principal responsable du désastre que nous traversons actuellement, la suppression de postes dans la Police n'est pas celle invoquée par les médias bien peu regardant sur le passé sur l'avant Sarkozy.

                   Les difficultés rencontrées par nos policiers, qui, il faut aussi le rappeler, furent dotés sous Nicolas Sarkozy ministre de l'Intérieur dès 2002 de gilets pare balles individuels, sont la résultante non pas essentiellement comme certains syndicalistes policiers proches de la Gauche aiment à le ressasse, un manque aigü de moyens humains mais surtout un manque chronique de moyens matériels (parcs automobiles désuets,moyens radios tout autant...).

Les missions et procédures aussi_ seraient à revoir  (traitement d'accidents corporels à simplifier avec tablettes numériques embarquées à bord des véhicules afin de transmettre en liaison directe avec des assureurs au lieu de procédures lourdes et paralysantes des effectifs par exemple) .

La gestion des effectifs serait également à revoir, afin d'assurer au mieux la sécurité des biens et des personnes mais ce qui est le plus important, l'action de la police pour être efficace a besoin d'une réponse JUDICIAIRE rapide, concrète et dissuasive. Il n'est pas tolérable qu'un délinquant voleur de voitures ou cambrioleurs puissent avoir une citation en justice plus de 6 mois après les faits.
                    Le CANCER de la délinquance celui de l'impunité des mineurs doit être combattu avec fermeté! Il faut y impliquer la pénalisation des parents bien trop absents des sanctions avec, par ex. en peine principale, et après avertissement, la résiliation du bail locatif du représentant légal du mineur impliqué et condamné par des violences urbaines à l'encontre des services de secours ou de police. Ainsi en expulsant d'un quartier le parent défaillant avec son ou ses enfants, celui ci pourra prendre conscience des répercussions des actes graves et inadmissibles de sa progéniture, l'amenant à réfléchir sur son rôle de parent et son laisser faire ...

                     Nous souhaitons également que chaque mairie dont les biens publics sont détruits ou endommagés par des individus puisse systématiquement en liaison avec les Gendarmeries Commissariats et Polices Municipales et en accord avec une convention signée en Préfecture ester par l'intermédiaire de leur service juridique auprès du TGI du lieu de l'infraction afin que le ou les individus réparent le dommage subi, automatiquement sans délai, lors de sa comparution à hauteur de la valeur du bien détruit ou endommagé. Ceci se concrétiserait par l'enrôlement auprès des services municipaux du délinquant afin de lui faire faire des travaux d'intérêts généraux en heures équivalentes au prix du préjudice et ce,, bien entendu, sans rémunération pour le fautif.

 

Espérons que nos gouvernants actuels passeront enfin aux actes, sauront prendre conscience du malaise de nos policiers et mettrons les mains dans le cambouis au lieu de se contenter de belles paroles!

                     Rajoutons aussi que le CNIP63 s'évertue à mettre en place la participation citoyenne http://circulaire.legifrance.gouv.fr/index.php?action=afficherCirculaire&hit=1&r=33332 qui est un moyen utile ou chacun d'entre nous est un acteur de sa sécurité, un auxiliaire de Police sans pour autant en avoir les risques, une vision non égoïste qui peut dans bien des cas faciliter l'enquête judiciaire et améliorer sensiblement le nombre des faits élucidés un parfait accord entre une police et sa population.

Commenter cet article